“Nous sommes l’Église”“Nous sommes l’Église”
19 Mars 2017 - Notre-Dame-du-Cap

On ne peut pas raconter l’histoire des Oblats au Canada sans parler de notre présence au milieu des Premières Nations. En effet, quatre ans après l’arrivée des Oblats au Canada, en 1841, le P. Pierre FISET, a visité la ville de Sept-Îles, sur la Côte-Nord du Québec, pour rencontrer des Innus. Cinq ans plus tard, en 1850, les Oblats reçoivent la charge ecclésiastique des communautés autochtones de la Côte-Nord, allant de Tadoussac au Labrador.

Cette Mission a su se développer avec le temps, attirant plusieurs Oblats, les Frères comme les Pères, dans tous les coins du territoire de la Côte-Nord. Et même si la mission à connu des hauts et des bas, elle reste une mission où les autochtones et les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée ont cheminé ensemble dans un grand chantier d'évangélisation.

Les Missionnaires ont travaillé, par exemple, avec les communautés dans la systématisation de leur langue, dans l’archivage de leurs anciennes histoires et légendes, dans la traduction de plusieurs de leurs grands documents, etc. Mais après plusieurs années de gloire, le nombre des Missionnaires a commencé à diminuer. Heureusement, les communautés étaient déjà sur pieds ; car ils avaient déjà leurs linguistes et traducteurs professionnels, leurs anthropologues et ethnologues, leurs enseignants et directeurs d’école, etc. Les Missionnaires ont donc trouvé une relève pour leurs programmes pastoraux sociaux.

Toutefois, les communautés qui avaient la présence permanente des Missionnaires ont commencé à trouver difficile même d’avoir un Missionnaire visiteur. Mais fidèle à notre amour pour la mission autochtone et surtout pour le peuple autochtone, les Oblats de la Province Notre-Dame-du-Cap ont fait un choix missionnaire en assurant une présence pastorale de qualité parmi le Peuple Innu de la Côte-Nord.

Aujourd'hui, nous sommes quatre Missionnaires, de quatre pays différents, chargés de sept communautés innues. Nos communautés ne sont pas toutefois comme elles étaient, il y a quelques années. Dans beaucoup de cas, la moyenne d’âge de ceux qui viennent dans nos activités est de plus de soixante-dix ans. Cette réalité influence énormément notre relation avec les jeunes. Mais la communauté de Matimekosh-Lac John (Schefferville) vient de prouver qu’elle est capable de transformer la vie de son Église.

Au début de l’année 2016, la communauté a décidé de réinventer son organisation pastorale. Sans une équipe pastorale, nous nous sommes donné le défi de mettre un terme à la longue liste des jeunes qui n’ont pas encore reçu leur première communion. Une fois le défi lancé, treize dames de notre communauté se sont portées volontaires pour enseigner la catéchèse. Et tout récemment, elles ont tenu leur parole en présentant 40 jeunes, bien préparés, pour la première communion. C’était une célébration communautaire: il y a 22 ans que la moitié d’un tel effectif n’avait pas participé à ce genre de célébration.

Lors de la célébration, les femmes ont encore exprimé leur désir d’assurer un accompagnement régulier de nos jeunes dans la préparation pour les sacrements et leur volonté de montrer aux autres communautés innues comment être Église dans cette époque d'autodétermination et d’autonomisation des laïques. (Ali NNAEMEKA)


commentaires

Il n´y a aucun commentaire
   

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter