Derniers moments avec Mgr BarryDerniers moments avec Mgr Barry
19 Juin 2017 - Natal


Nous avons annoncé récemment le décès de Mgr Barry WOOD, évêque auxiliaire de l'Archidiocèse de Durban, survenu le 2 mai 2017, dans un hôpital de Durban. Ian CHITAMBO, scolastique du Zimbabwe, étudiant actuellement au scolasticat de Cedara, a écrit un compte-rendu touchant de ses derniers moments avec l'évêque, peu de temps avant sa mort.

"Je savais que j'étais arrivé suffisamment tôt pour le chercher et le conduire au Scolasticat St Joseph, pour les ordinations diaconales. J'ai donc attendu à sa porte d'entrée, à Durban. Je ne devais pas tirer la sonnette avant l'heure convenue. A 7 h 45 exactement, j'ai sonné et, après un moment, Mgr a répondu et m'a ouvert le portail. Je suis resté dans la voiture jusqu'à ce qu'il ouvre le garage afin que j'entre. Le premier regard que je portais sur lui me donna des inquiétudes; ce n'était pas le Barry que je connaissais. Mais je ne me suis pas attardé à ces pensées, il n'allait pas bien et c'est précisément pour cela que j'étais là pour le chercher. Je l'ai donc suivi dans sa maison, il avait de la peine à marcher.

J'ai attendu dans la cuisine pendant qu'il ramassait ses affaires ; de temps en temps je pouvais entendre de profonds soupirs venant de sa chambre à coucher. Je me suis remis à me faire du souci : l'évêque n'allait pas bien. Entre temps, je bavardais avec Tawanda MWANDO, un camarade scolastique, à propos de Whatsapp. Je lui ai fait la remarque "Frère Barry ne va pas bien!” Tawanda lui aussi avait remarqué qu'il n'était pas trop bien, la dernière fois qu'il l'avait rencontré avec le P. Mike FOLEY. J'ai pensé alors envoyer immédiatement un texto au P. Joe PHIRI, le supérieur du scolasticat, à propos de cette situation, mais je ne l'ai pas fait. Je ne voulais pas créer la panique à la maison. Je me suis donc dit "L'évêque va se remettre.”


Le Père Mike FOLEY et le Père Joe PHIRI

Je crois pouvoir dire la raison qui m'a fait me détendre, ce fut quand je l'ai entendu une fois encore soupirer profondément, mais cette fois en disant très fort "O Seigneur!” De ce moment j'ai su que Barry aller s'en tirer, Dieu était avec lui...

Il est arrivé et m'a passé ses vêtements et tout ce dont il avait besoin pour la journée, j'ai porté tout cela à la voiture. Je ne lui ai posé aucune question sur sa santé, mais je pense qu'il a vu que mon humeur ne cessait pas d'alterner entre la crainte et un sourire d'espoir. Il ne m'a pas vraiment dit ce qui n'allait pas, il m'a appelé dans sa chambre à coucher, m'a donné sa ceinture et m'a dit: "laisse-moi quelques instants je dois seulement reprendre mon souffle.” "Prenez votre temps, Monseigneur” ai-je répondu. Je suis sorti et me suis assis dans la voiture en l'attendant. Il est arrivé après quelques minutes, et nous sommes partis pour Cedara...

Même s'il était faible, son esprit était toujours aux aguets. J'ai pu m'en rendre compte lorsqu'il m'a rendu attentif à un radar, dans une zone limitée à 80 km: il y avait récolté plusieurs contraventions. "Fais attention ici, dit-il, il y a un radar, et je ne m'en suis rendu compte qu'après avoir attrapé plusieurs contraventions.” Nous avons ri tous les deux...


Scolasticat de St Joseph, Cedara, Afrique du Sud

Donc Barry était malade, mais Barry venait faire les ordinations ; il était convaincu qu'il pourrait le faire. Nous sommes arrivés au scolasticat, et dès notre arrivée, Barry s'est effondré. Des personnes l'ont rapidement entouré, en voulant l'aider. Quant à moi, je suis allé avertir le Supérieur pour qu'il prenne la situation en main. Ce qui m'a le plus frappé et que je veux partager avec vous ce fut quand ceux qui entouraient Barry ont proposé : "Supprimons les ordinations”. D'autres ont dit : "Allons appeler un évêque de Marianhill”. Quelques-uns ont dit : "qu'il reste couché et fasse les ordinations dans sa chambre à coucher.”

Il ne répondit pas à toute cette agitation. Il s'occupait à sourire à tous ceux qui venaient près de lui, tout en buvant un jus. Si vous le regardiez, il semblait que tout était en ordre mais je suis sûr que dans son esprit, il avait tout réglé pour pouvoir remplir sa promesse et son devoir. Après tous les débats et confusions, il fut proposé à Barry d'aller s'étendre et de faire les ordinations de son lit, ce qu'il refusa catégoriquement. Il dit : "Je vais le faire. Quelqu'un peut célébrer la messe et j'y serai assis, et quand le temps de l'ordination arrivera, je ferai ce que j'ai à faire”. Nous avons tous compris ce qu'il voulait dire et que le Provincial des CMM a bien exprimé, au moment des remerciements : "L'évêque nous a montré l'exemple d'un soldat qui veut mourir sur le champ de bataille”.

Ensuite, je devais le ramener chez lui, et nous avons parlé tout le long de la route. Le dernier moment où j'ai posé mon regard sur Barry ce fut quand il était dans son lit, semblant très fatigué. Je lui ai demandé: "Monseigneur allez-vous bien?” Il répondit : "Tout ira bien, j'ai juste besoin de repos”. Maintenant Barry se repose et nous tous, nous restons avec nos souvenirs et ses innombrables paroles de sagesse, dont nous avons fait l'expérience de diverses manières. Repose en paix Barry et veille sur nous ! Je dis veille sur nous parce que lorsque j'ai appris sa mort, j'ai bondi hors de la classe, en larmes et me suis précipité à la chapelle. Dans mon esprit j'allais prier pour Barry, pour qu'il repose en paix. Il me semble que je n'ai dit que quelques mots de prière pour lui ; tout le reste du temps j'ai demandé à Barry de prier pour nous.


commentaires

Il n´y a aucun commentaire
   

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter